Information

« L’époque où les employés utilisaient la même voiture de leasing pendant quatre ans est révolue »

Interview-vision d’Els Descamps, la nouvelle directrice commerciale d’Athlon Belgium

Posté sur
« Les jeunes sont moins enclins à se limiter à une seule forme de mobilité », c’est ce qu’a déclaré Els Descamps, la nouvelle directrice commerciale d’Athlon Belgium. « Pour convaincre la nouvelle génération, nous devrons encore davantage miser sur les solutions de mobilité flexibles. »

Après un passage au sein d’Athlon Suède et d’Athlon International, la polyvalente Els Descamps retrouve Athlon Belgium. L’occasion idéale de la sonder sur les défis que devront relever Athlon et le secteur de la mobilité en général.

Qu’allez-vous exactement faire au sein d’Athlon Belgium ?

« Plusieurs tâches m’attendent et j’ai vraiment hâte de m’y mettre. L’année dernière, près de la moitié des collaborateurs de notre équipe commerciale se sont vu attribuer un nouveau rôle. Nous souhaitions ainsi renforcer notre impact auprès de nos clients et avoir un meilleur contact avec eux. Maintenant que l’organisation interne est terminée, je souhaite la mettre en pratique à l’extérieur. Je souhaite offrir une position forte à notre entreprise sur le marché. »

« En outre, le secteur dans lequel nous travaillons change en permanence. Prenez l’exemple du cadre fiscal et du programme de mobilité. Il est difficile de trouver les bonnes réponses à ces évolutions. Il me semble donc important que nos employés disposent des bons outils et des connaissances adéquates pour encore mieux servir nos clients. »

Quels sont les défis commerciaux qu’Athlon va devoir relever ?

« Je pense que les récentes directives en rapport avec la WLTP (worldwide harmonised light vehicles test procedure- - procédure d’essai harmonisée au niveau mondial pour les véhicules légers), qui imposent des normes strictes aux constructeurs automobiles en matière d’émissions de CO2 et de consommation de carburant, auront des conséquences considérables. Elles auront des répercussions sur la fiscalité, mais aussi sur les parcs automobiles de nos clients. Ces parcs devront être plus variés et comporter, outre des voitures diesel, plus de véhicules essence, hybrides et électriques. Nous voulons accompagner ce changement le mieux possible. En mai, nous organiserons une séance d’information à propos de la WLTP pour nos clients. »

« En tant qu’entreprise de leasing, nous devons également trouver notre place dans un domaine de la mobilité en pleine expansion : le tout nouveau budget mobilité, les changements au sein de notre société mère Daimler, l’électrification, les nouvelles plateformes de mobilité, etc. Les changements s’enchaînent à une vitesse folle et nous devons nous assurer que nos clients bénéficient en permanence des bons conseils. »

La reprise par Daimler a-t-elle influencé la stratégie commerciale d’Athlon ?

« Nous remarquons que les initiatives innovantes sont désormais gérées de manière bien plus centrale. Il s’agit d’un point positif, car cela nous permettra, à terme, de proposer une offre intégrée au niveau international. De plus, Athlon a à présent accès à tous les projets novateurs lancés par Mercedes-Benz, comme mytaxi (une app pour réserver et payer des taxis, NDLR) et Car2Go (un fournisseur d’autopartage, NDLR). »

La voiture de société est de plus en plus souvent au centre des débats. Quelle est votre position sur la question ?

« Malgré toutes les informations négatives dans la presse, la voiture reste bien d’actualité. Et elle restera nécessaire tant qu’aucune alternative de qualité ne sera proposée pour remplacer la voiture en Belgique. Elle sera toutefois accompagnée d’autres types de moyens de transport. Athlon souhaite soutenir cette diversification. À l’heure actuelle, nous misons pleinement sur les plateformes d’autopartage. En Belgique, le plan cafétéria gagne également en popularité. Il offre aux travailleurs un budget multi-usage. En plus d’une voiture de société, ils peuvent opter pour des jours de congé supplémentaires, un ordinateur portable, un iPad ou un abonnement de transports en commun. »

Une étude a récemment indiqué que de plus en plus de jeunes hésitent à acquérir leur propre voiture ou une voiture de société. Quelle est l’approche adoptée par Athlon pour toucher cette génération ?

« Les jeunes sont en effet moins enclins à se limiter à une seule forme de mobilité. Avant, les travailleurs étaient heureux de rouler quatre ans dans la même voiture de leasing, mais ce n’est désormais plus le cas. Au cours de ces quatre années, les jeunes d’aujourd’hui vont peut-être déménager ou avoir des enfants. Leurs besoins de mobilité vont donc changer. Par conséquent, nous étudions des formules de leasing plus court, permettant aux travailleurs de changer bien plus rapidement de voiture ou de moyen de transport. Aux Pays-Bas, nous avons lancé l’initiative Change my car. Grâce à celle-ci, les travailleurs peuvent choisir une nouvelle voiture en toute flexibilité et selon leurs besoins, susceptibles de changer avec le temps. »

« Nous avons déjà lancé plusieurs initiatives en Belgique pour répondre aux besoins des jeunes. Flexdrive, par exemple, permet d’“épargner” une partie du budget mensuel. Les travailleurs peuvent ainsi choisir une voiture plus petite et louer une voiture plus grande pendant leurs vacances avec la somme épargnée. Depuis quatre ans, nous utilisons également la carte mobilité. Celle-ci permet aux travailleurs de payer toutes sortes de dépenses liées à la mobilité, comme du carburant, des tickets de stationnement et des recharges électriques. Nous allons encore diversifier cette approche flexible à l’avenir afin de servir au mieux la nouvelle génération. »

Comment allons-nous nous déplacer d’ici une trentaine d’années ? En voitures autonomes, en soucoupes volantes, en trains supersoniques ?

« D’après moi, l’importance des mégalopoles, où les gens vivent, habitent et travaillent de manière bien plus concentrée ne cessera d’augmenter. Cette situation aura un impact important sur notre transport vers et depuis le travail. Si nos voitures en arrivent à rouler de manière complètement autonome et connectée, l’état général du transport sera totalement différent. L’impact de la voiture autonome se fait encore attendre, mais je pense que nous nous dirigeons incontestablement vers un avenir de mégalopoles. »

Quel sera le rôle d’Athlon dans ce paysage de mobilité en pleine évolution ?

« Avant tout, nous allons aborder les défis de plus en plus au niveau international. En outre, nous avons un rôle important à assumer afin d’intégrer toutes les nouvelles solutions de mobilité, comme l’autopartage, les vélos électriques et les véhicules électriques. Je compte sur les nombreux pionniers du marché de l’automobile pour en assurer le développement. Nous inclurons leurs idées et produits novateurs dans l’offre que nous proposons à nos clients. »

Retour au sommaire