Information

Plan cafétéria : package salarial flexible sur mesure

Posté sur
De plus en plus d’entreprises proposent un plan cafétéria à leurs employés. La guerre des talents les pousse à proposer les meilleures options. Depuis plusieurs années, Athlon aide ses clients à intégrer ce plan dans leur politique de ressources humaines.

Par le passé, pour attirer des collaborateurs talentueux, de nombreux grands acteurs ont lancé un plan cafétéria. « Il s’agit d’un package salarial plus flexible, offrant une large offre d’alternatives censées convaincre les jeunes talents de travailler pour un employeur », explique Philippe Fouyn, Strategic Account Manager chez Athlon.

En échange d’une partie de son salaire, l’employé peut choisir parmi un éventail de possibilités : voiture en leasing (avec ou sans carte carburant), vélo en leasing, abonnement de train, etc. Mais ce package ne comprend pas uniquement des produits de mobilité. Il peut en effet inclure des jours de congé supplémentaires, des assurances, un ordinateur ou un smartphone et ainsi élargir davantage son offre.

À la mesure du client

Depuis plusieurs années, Athlon met en place des plans cafétéria sur mesure dans la politique RH de différentes entreprises. Olivier De Vos, Sales Manager chez Athlon : « Notre équipe motivée est spécialisée dans l’aide à la création et la mise en œuvre du plan. En proposant un soutien spécifique et un savoir-faire avéré, nous gérons tout le processus pour le client. »

En collaboration avec l’employeur, Athlon définit le cadre dans lequel les employés peuvent composer leur plan cafétéria. « C’est sur ce point que le produit se distingue par exemple du budget mobilité, qui dépend de plusieurs conditions établies par la loi », souligne Olivier De Vos. Philippe Fouyn : « Les deux produits misent sur un salaire plus flexible, mais le budget mobilité définit une quantité maximale d’émissions qu’une voiture peut rejeter. Ce n’est pas le cas du plan cafétéria, grâce auquel Athlon crée un cadre spécifique pour chaque entreprise, permettant aux employés d’opter automatiquement pour une voiture plus écologique. Nous conseillons les gestionnaires de flotte quant aux propulsions alternatives, comme le CNG, l’hydrogène, l’électricité et les voitures hybrides. »

Le choix du conducteur

Le choix final appartient aux employés. Ces derniers ne sont pas obligés d’opter pour un plan cafétéria : seuls 10 à 15 % des collaborateurs qui en ont la possibilité l'adoptent. Olivier De Vos : « En choisissant une voiture, mieux vaut ne pas uniquement consulter la politique de l’entreprise en matière de voiture de société, mais aussi étudier le budget disponible et le nombre de kilomètres parcourus en moyenne. Ces éléments sont en effet déterminants dans le choix de la propulsion la mieux adaptée. »

« L’avantage d’un budget auto dans un Flex Income Plan réside dans le fait qu’il offre aux conducteurs d’importantes réductions chez les constructeurs automobiles. Ce point a un impact positif sur le prix du leasing », ajoute Philippe Fouyn. « L’achat d’une voiture représente une grande dépense dans le budget familial, surtout pour des technologies plus onéreuses, comme pour les voitures hybrides ou électriques. Grâce à un leasing totalement opérationnel, les employés profitent d’une certaine sécurité financière : un prix de location fixe, couvrant toutes les dépenses imprévues. En outre, ils peuvent choisir des voitures plus écologiques, aux émissions de CO2 plus faibles. Ainsi, un plan cafétéria contribue à l’écologisation du parc automobile et les collaborateurs optent pour un modèle qu’ils n’auraient pas envisagé d’acquérir dans le cadre d’un achat privé. »

Aussi pour les ouvriers

La condition qui détermine quels employés peuvent souscrire au produit constitue une autre différence entre le plan cafétéria et d’autres produits de package salarial flexible. « Le budget mobilité s’adresse uniquement aux personnes ayant droit à une voiture de société depuis trois ans », précise Philippe Fouyn. « Par contre, le plan cafétéria est ouvert à tous les employés qui disposent d’un contrat fixe et d’un nombre minimal d’heures de travail par semaine. »
De plus en plus d’employés se voient donc proposer un tel plan. Philippe Fouyn : « L’année dernière, nous avons par exemple constaté que le plan cafétéria était également ouvert aux ouvriers. À l’heure actuelle, il est difficile d’attirer les bons profils à tous les niveaux. Dans cette guerre des talents, le Flex Income Plan répond aux besoins d’un groupe-cible de plus en plus important. »

Suivez l’actualité au pays de la mobilité

Abonnez-vous gratuitement et recevez directement le Mobility Reporter par e-mail.
Abonnez-vous gratuitement

Retour au sommaire