Information

Comment les limiteurs de vitesse vont-ils rendre la conduite en voiture plus sûre ?

Posté sur
À partir de 2020, les Volvo ne pourront plus dépasser 180 kilomètres par heure. Pour des raisons de sécurité, la marque suédoise intégrera en effet un limiteur de vitesse dans ses voitures. Sera-t-elle suivie par d’autres constructeurs ? Plusieurs députés européens pensent que oui.

En Belgique, les excès de vitesse sont à l’origine d’un accident de voiture sur trois. Avec la distraction et les intoxications, ils représentent l’une des principales causes d’accidents de la route et de morts sur la route. Pour éviter tout décès ou toute blessure grave dans les nouvelles Volvo, le constructeur automobile suédois intégrera une limitation de vitesse à 180 kilomètres par heure dans toutes ses nouvelles voitures à partir de 2020. Volvo souhaite ainsi relancer le débat sur les limites de vitesse.

Des technologies sûres

« Nous savons bien qu’un limiteur de vitesse ne permettra pas de faire des miracles, mais si nous pouvons sauver ne fût-ce qu’une seule vie, notre mesure en vaudra la peine », explique Håkan Samuelsson, PDG de Volvo. Volvo souhaite également miser sur d’autres technologies : le constructeur automobile étudie actuellement si la vitesse des voitures pourra, à l’avenir, être automatiquement limitée à proximité des écoles et des hôpitaux. Cet objectif toutefois difficile à atteindre, car les limites de vitesse varient d’un pays à l’autre en Europe et ne sont pas encore suffisamment cartographiées numériquement.

D’autres constructeurs automobiles intègrent également des technologies sûres. Depuis un certain temps, les airbags font partie des équipements de base et certains véhicules sont dotés de systèmes antichocs ou d’arrêt d’urgence automatique. Dans certaines voitures, le régulateur de vitesse permet au conducteur de configurer lui-même sa limite de vitesse. En outre, ces systèmes sont recommandés par les assureurs, car ils rendent la conduite plus sûre.

Mesures européennes

Dans le même temps, un groupe de députés du Parlement européen propose d’obliger les constructeurs automobiles à équiper toutes leurs nouvelles voitures d’une adaptation intelligente de la vitesse (AIV) d’ici 2022. Il s’agit d’un limiteur de vitesse utilisant une caméra de reconnaissance de vitesse et/ou des données de limitation de vitesse liées au GPS grâce auquel il sera quasi impossible pour les conducteurs de rouler au-delà de la vitesse autorisée. L’assistant de maintien de voie et les systèmes de freinage automatique sont d’autres mesures de sécurité obligatoires proposées par les eurodéputés.

Dans un premier temps, l’AIV consiste en un système permettant aux conducteurs d’accélérer uniquement en appuyant fort sur la pédale d’accélération. Par conséquent, ils pourront encore brièvement accélérer en cas de danger. Des signaux d’avertissement sur le tableau de bord préviendront le conducteur jusqu’à ce que la voiture ralentisse à nouveau jusqu’à la vitesse maximale. Aujourd’hui, beaucoup de nouvelles voitures sont déjà équipées d’un tel système.

Base de données numérique

Selon les estimations, cette mesure permettrait de réduire le nombre de morts sur la route de 20 % en Europe et, en l’espace de quinze ans, d’éviter pas moins de 25 000 décès sur les routes européennes. L’obligation d’intégrer une AIV ne sera toutefois possible qu’une fois que tous les pays européens auront créé une base de données numérique précise de tous leurs panneaux de signalisation. Selon l’institut Vias, l’institut belge pour la sécurité routière, cette opération pourrait encore durer cinq à dix ans en Belgique.

Suivez l’actualité au pays de la mobilité

Abonnez-vous gratuitement et recevez directement le Mobility Reporter par e-mail.
Abonnez-vous gratuitement

Retour au sommaire