Information

Les grandes marques automobiles investissent en masse dans la voiture électrique

Posté sur
Annoncé depuis bien longtemps, l’avènement de la voiture électrique se faisait jusqu’à présent attendre. Les cinq plus grands constructeurs automobiles au monde entendent cependant intensifier leurs investissements dans l’électrique ces prochaines années, pour proposer une alternative électrique abordable, à la portée de vos employés.

Les ventes florissantes du charismatique constructeur Tesla ont manifestement réveillé les grands constructeurs. Mais ce n’est là qu’une partie de l’explication. En effet, le coût de production des batteries des voitures électriques a fortement chuté ces derniers temps. D’ici 2021, le prix d’une voiture électrique devrait dès lors équivaloir à celui d’une voiture essence. Les constructeurs automobiles ressentent par ailleurs la pression des gouvernements en Europe et en Asie, où les émissions sont soumises à des normes de plus en plus strictes. Petit aperçu des ambitions électriques des principaux constructeurs.

  • Toyota

  • En 1997, Toyota a joué un rôle de précurseur dans le secteur des voitures électriques, en lançant la première hybride accessible à un large public : la Toyota Prius. En décembre 2017, le constructeur a annoncé qu’il investirait 10,6 milliards d’euros dans le segment des voitures électriques au cours des douze prochaines années.
    Objectifs :

    • D’ici 2020 : 10 nouveaux modèles électriques

    • D’ici 2025 : une version électrique et/ou hybride de chaque modèle Toyota

    • D’ici 2030 : 5,5 millions de voitures électriques et hybrides vendues par an, dont 1 million de voitures purement électriques

  • Volkswagen
  • Le constructeur allemand investira ces quatre prochaines années 70 milliards d’euros dans la conception de voitures électriques. Si Volkswagen s’est jusqu’à présent limité aux marchés européen et asiatique dans ce secteur, il s’attaquera dès 2020 au marché américain.
    Objectifs :

    • D’ici 2025 : 50 nouvelles voitures électriques et 30 hybrides au sein du groupe VW (Audi, Skoda, Seat…)

    • D’ici 2030 : une version électrique et/ou hybride de 300 modèles Volkswagen

    • D’ici 2025 : 3 millions de voitures électriques et hybrides vendues par an

  • Hyundai
  • Ces dernières années, Hyundai s’est principalement concentré sur les piles à combustible en tant qu’alternative durable aux véhicules essence et diesel. À l’été 2017, le constructeur sud-coréen a changé de cap et annoncé son intention de se consacrer pleinement à l’électrique au cours des années à venir, avec un investissement de 17 milliards d’euros.
    Objectifs :

    • D’ici 2020 : 31 modèles électriques et hybrides

  • General Motors
  • En janvier 2018, le constructeur américain a fait une annonce retentissante : d’ici 2021, il veut dégager des bénéfices de la vente de voitures électriques. Ce qu’aucun constructeur n’est jusqu’à présent parvenu à faire. En 2021, General Motors lancera à cette fin une toute nouvelle plateforme pour les voitures électriques.
    Objectifs :

    • D’ici 2019 : 2 nouveaux modèles électrique et hybride

    • D’ici 2023 : 18 nouveaux modèles électriques et hybrides

    • D’ici 2026 : 1 million de voitures électriques et hybrides vendues par an

  • Ford Motor Company
  • En janvier 2018, Ford a annoncé que ses investissements dans le segment de l’électrique passeraient de 3,7 milliards d’euros à 9 milliards d’euros au cours des cinq prochaines années. En 2020, le constructeur commercialisera déjà Mach 1, un SUV électrique affichant une autonomie de 483 kilomètres (300 miles)..
    Objectifs :

    • D’ici 2022 : 16 modèles électriques et 24 modèles hybrides

  • Mercedes-Benz
  • Chez Mercedes-Benz, le futur est électrique et intelligent. Ils ne veulent pas seulement sortir une version électrique ou hybride de tous leurs modèles d’ici 2022, mais dans leur nouvelle Concept EQ, ils combinent ces modèles avec une large gamme de services et de technologies qui soutiennent le client dans sa mobilité électrique.

Augmentation des ventes

En Belgique, les ventes de voitures électriques n’en sont toujours qu’à leurs balbutiements, mais elles augmentent progressivement. En 2017, 11 055 voitures électriques ont été immatriculées dans notre pays, contre seulement 6 471 l’année précédente. Entre 2016 et 2017, les ventes ont donc connu une hausse de 71%. En l’espace de quatre ans, depuis 2014, cette hausse s’élève même à 970%.

Si cette tendance se poursuit au cours des années à venir, on estime que 100 000 voitures électriques devraient sillonner les routes belges d’ici 2022. Avec les modèles variés et attractifs annoncés par les grands constructeurs automobiles, ce chiffre pourrait même être revu à la hausse. Il est toutefois important que le marché automobile reste stable pour que les constructeurs aient le temps d’offrir une place suffisante aux véhicules électriques dans leur parc automobile. Pour permettre une bonne évaluation des coûts, la mise en place d’un cadre fiscal stable est également nécessaire.

L’importance de la batterie

Les autres acteurs du marché automobile miseront également sur l’électrique ces prochaines années. Renault-Nissan compte finaliser 12 nouveaux modèles électriques d’ici 2022. À partir de 2019, Volvo ne produira plus aucun véhicule sans moteur électrique ou hybride. Enfin, d’ici 2025, BMW entend commercialiser 12 modèles électriques et 13 modèles hybrides.

Il semblerait donc que les ventes de voitures électriques s’apprêtent enfin à décoller ces prochaines années. Leur succès dépendra toutefois en grande partie de la capacité des batteries. L’autonomie et le prix du véhicule, deux arguments majeurs pour convaincre le consommateur, sont fortement déterminés par la batterie. Pour savoir si la voiture électrique connaîtra bientôt un succès fulgurant, mieux vaut donc surveiller les évolutions dans ce domaine.

Retour au sommaire