Information

Le budget mobilité vu par Athlon : 7 questions et réponses

Posté sur
Le budget mobilité fédéral a été approuvé par le parlement le 28 février. Toute personne travaillant dans une entreprise qui y adhère pourra bientôt combiner sa voiture de société à d’autres options de mobilité ou, sous certaines conditions, consacrer une partie de son budget au loyer de son logement. Qu’est-ce qui change pour les voitures de société ?

Toutes les personnes disposant d’un budget de leasing via Athlon peuvent, depuis 2011, combiner leur voiture de société avec d’autres services, comme Bikelease ou FlexDrive. « En combinant plusieurs moyens de transport, nous tentons, depuis plusieurs années, de proposer des alternatives pour les trajets domicile-travail », explique Cécile Liénard, Senior Product Manager chez Athlon. « Nous sommes ravis que cette formule s’inscrive aujourd’hui dans une loi fédérale. Grâce au budget mobilité, Athlon pourra encore renforcer son rôle à l’avenir. »

Mais en quoi le budget mobilité consiste-t-il exactement ? Cécile Liénard répond à sept questions importantes.

  • À qui le budget mobilité s’adresse-t-il ?

    Cécile Liénard : « Le budget mobilité vise les conducteurs de voitures de société ou qui y sont éligibles. Leur choix dépend de leur situation personnelle. Mais attention : une voiture de société n’est pas une voiture-salaire. Les conducteurs de voitures-salaire renoncent à une partie de leur rémunération pour avoir une voiture mise à disposition via leur employeur. Certaines conditions sont également d’application, comme rouler un nombre limité de kilomètres par an. Nous ne savons pas encore clairement si les collaborateurs qui ont une voiture-salaire pourront également profiter du budget mobilité. »

  • À quoi les employés peuvent-ils consacrer leur budget mobilité ?

    Cécile Liénard : « Si un employeur souscrit au budget mobilité, ses employés sont libres d’y adhérer ou non. Le choix d’un budget mobilité est cependant très attrayant. Il permet à l’employé d’utiliser une partie de son budget pour des solutions de mobilité alternative, comme le vélo ou les transports en commun, et ce, pour ses déplacements tant professionnels que privés. Ainsi, il peut continuer à disposer d’une voiture de société plus écologique, tout en prévoyant des alternatives avantageuses et respectueuses de l’environnement pour toute sa famille. Les déplacements en moyens de transport alternatifs ne sont en effet pas taxés. »

    « Les employés qui habitent à moins de 5 kilomètres à vol d’oiseau de leur travail peuvent consacrer leur budget au loyer de leur logement ou au remboursement des intérêts d’un emprunt. S’ils n’utilisent pas tout leur budget mobilité, ils perçoivent le solde, après déduction d’une taxe de 38,07 %. Sur le plan fiscal, il est donc plus avantageux d’utiliser la totalité du budget. »

    « Ce sont précisément ces différentes alternatives qui rendent le budget mobilité si intéressant. L’allocation de mobilité ou cash for car ne permet pas un tel choix. De plus, le budget mobilité se concentre sur les alternatives vertes, contrairement au cash for car, qui permet à l’employé d’augmenter son salaire et, éventuellement, de consacrer son indemnité à une voiture polluante. »

  • Qui optera le plus rapidement pour le budget mobilité ?

    Cécile Liénard : « Les employés plus jeunes qui vivent en ville se tournent plus facilement vers les transports en commun ou les voitures partagées. Comme ils habitent souvent près de leur travail, ils peuvent consacrer leur budget mobilité à leur loyer ou au remboursement des intérêts de leur prêt hypothécaire. Ils épargnent ainsi pour l’avenir. »

    « Les familles avec plusieurs voitures de société constituent un autre groupe cible important. Si elles utilisent fréquemment une seule de ces voitures, elles peuvent échanger l’autre contre un modèle électrique ou des solutions de mobilité alternatives. »

  • Le nombre de voitures de société va-t-il baisser ?

    Cécile Liénard : « Il faudra attendre de connaître le nombre d’employeurs souscrivant au budget mobilité et la rapidité avec laquelle ils le feront pour en déceler les effets. Les employeurs peuvent aussi assortir le budget mobilité de conditions particulières. Il y a fort à parier que les personnes qui y croient le plus opteront en premier pour des solutions de mobilité alternatives. »

    « Chez certains employeurs, les employés ne pourront passer au budget mobilité que lorsque le contrat de leur voiture de société arrivera à échéance. Nous ne nous attendons donc pas à voir une forte diminution des voitures de société pendant les premières années. À terme, les employés devraient toutefois échanger leur voiture contre un modèle plus respectueux de l’environnement. »

  • Que représente le budget mobilité pour les gestionnaires de flotte ?

    Cécile Liénard : « La mise en œuvre du budget mobilité est complexe. Athlon peut aider les gestionnaires de flotte à calculer le coût total de possession (total cost of ownership (TCO)). Grâce à FlexDrive et Bikelease, nous disposons de l’expérience nécessaire pour mettre en œuvre le budget mobilité comme il se doit au sein d’une entreprise. »
    « Certains outils de calcul sont déjà disponibles sur le marché. Ils permettent de  mieux comprendre la philosophie du budget. En sa qualité d’expert, Athlon va tout d’abord bien analyser tous les paramètres avant d’en proposer un. »

  • Quelles voitures va-t-on retrouver dans un budget mobilité ?

    Cécile Liénard : « Il est évident que les voitures à propulsion électrique sont reprises dans le budget de mobilité. Les voitures à carburants fossiles doivent respecter un taux d’émission de CO2 maximum de 105 g/km. En 2020, ce seuil sera réduit jusqu’à 100 g/km, pour aboutir à 95 g/km en 2021. Cela représente àpeuprès dix pour cent des modèles actuellement disponibles sur le marché. »

Suivez l’actualité au pays de la mobilité

Abonnez-vous gratuitement et recevez directement le Mobility Reporter par e-mail.
Abonnez-vous gratuitement


Retour au sommaire