Information

Grandes tendances du Rapport de mobilité 2018

Posté sur
Les Flamands utilisent de plus en plus de services de mobilité pour se déplacer. Auraient-ils renoncé à leur sacro-sainte voiture particulière ? Le Conseil de mobilité de la Flandre (MORA) a récemment publié son Rapport de mobilité annuel, dont voici quelques tendances marquantes.

Le Rapport de mobilité permet au MORA de contribuer à l’élaboration des politiques. Cette année, ce rapport aborde deux thèmes étroitement liés au programme politique actuel : la Mobility as a Service (MaaS – mobilité en tant que service) et la Flandre en tant que région de premier plan en matière de logistique durable.

La mobilité en tant que service

Longtemps, la voiture a été le mode de transport numéro 1 du Flamand moyen. Aujourd’hui, les services de mobilité intégrés offrent un complément ou une alternative à la voiture particulière. Les nouveaux services de MaaS s’appuient généralement sur une plateforme numérique, comme une app, qui sélectionne des options de transport adaptées au client : bus, train, voiture partagée, etc. La plateforme s’occupe de tout : des informations ciblées à la possibilité d’acheter ou commander des billets.

Le développement des plateformes de MaaS repose souvent sur une vision technologique. L’aspect social du phénomène mérite cependant une certaine attention, selon le MORA. La transition vers la MaaS expose les différentes parties prenantes à des avantages et des inconvénients.

  •  L’utilisateur : il attend un service aussi flexible et confortable que dans sa propre voiture. Toutes les plateformes de MaaS doivent donc être axées sur l’utilisateur. Le cas échéant, la possession d’une voiture pourrait fortement baisser à terme. Un besoin moins important de places de stationnement permet en outre d’utiliser plus efficacement l’espace disponible.

  •  Entreprises : elles influencent fortement la manière dont les employés se déplacent. La plupart des déplacements domicile-travail se font encore en voiture (de société) et la MaaS peut représenter un complément de taille.

  •  Fournisseurs de mobilité : les transports en commun et les autres acteurs de la mobilité partagée doivent modifier leurs services actuels dans une mesure plus ou moins grande afin de jouer un rôle dans une mobilité intégrée. Le besoin d’efficacité ne peut toutefois pas entraîner une inégalité des transports. Les régions où la demande de mobilité est plus faible (et donc moins rentable) doivent continuer de disposer d’une offre suffisante et abordable.

  •  Entreprises (de technologie) : elles commercialisent des concepts novateurs et repoussent les limites des possibilités technologiques.

Région de premier plan en matière de logistique

La mobilité intégrée est également un sujet brûlant dans le domaine du transport de marchandises. Les grands pôles économiques de Flandre – les ports et Brussels Airport – sont de moins en moins faciles d’accès. Pour conserver la position de la Flandre en tant que haut lieu de la logistique internationale, diverses actions et mesures sont nécessaires. Dans son Rapport de mobilité, le MORA se concentre entre autres sur :

  •  La nécessité d’une vision intégrée et ciblée de la logistique. Ce thème est actuellement fragmenté à travers différents domaines et niveaux politiques.

  •  Le problème du morcellement géographique. Ce morcellement rend le regroupement des flux de marchandises et des activités plus difficile. Le nouveau Plan de politique spatiale pour la Flandre devrait permettre de remédier à ce problème (à long terme).

  •  La fragmentation dans le secteur logistique. Si les dockers ne savent pas à l’avance si les conteneurs déchargés poursuivront leur route en train, en bateau ou en camion, ils ne peuvent pas les placer au bon endroit. Un meilleur échange d’informations pourrait également limiter le transport de conteneurs vides.

  •  Un transport ferroviaire plus efficace dans les ports. Ce point ne répond actuellement pas aux besoins de fret des entreprises. Il est par exemple très onéreux de demander des sillons et le schéma actuel offre très peu de place aux modifications.

Vous pouvez consulter le Dossier mobilité complet ainsi que toutes les recommandations politiques du MORA ici.

Retour au sommaire