Information

Les radars tronçons : comment ça marche ?

Posté sur
En Belgique, de plus en plus de routes sont équipées de radars tronçons qui contrôlent votre vitesse. Les automobilistes flamands sont nombreux à être conquis : ils estiment que c’est une façon juste et honnête de mesurer leur vitesse moyenne. Mais comment les radars tronçons fonctionnent-ils exactement ?

Les automobilistes qui roulent trop vite et qui remarquent la présence d’un radar sur le côté de la route ont tendance à freiner brusquement pour ensuite accélérer de nouveau. Ce n’est pas vraiment idéal pour la sécurité routière. Sur ce plan, les radars tronçons sont beaucoup plus sûrs. Ils mesurent la vitesse moyenne d’une voiture sur une distance plus longue, ce qui pousse les automobilistes à garder une vitesse constante. C’est pourquoi la plupart des conducteurs considèrent cette méthode comme la méthode de contrôle de vitesse la plus honnête. Mais comment ces radars tronçons fonctionnent-ils exactement ? Et où les trouve-t-on ?

1. Comment les radars tronçons fonctionnent-ils ?

Des capteurs placés sous la route détectent les véhicules. Une caméra ANPR (Automatic Number Plate Recognition) fait une photo de la plaque d’immatriculation du véhicule, aussi bien au début qu’à la fin du tronçon. Les caméras relèvent également l’heure à laquelle les photos sont prises. Un système de traitement relie les deux photos et détermine la vitesse moyenne du véhicule sur le tronçon. Si le temps enregistré est inférieur au temps minimal nécessaire pour parcourir le tronçon lorsqu’on roule à la vitesse maximum autorisée, les données sont envoyées à la police, et le conducteur reçoit une amende.

Un conducteur qui voudrait éviter les radars tronçons en changeant de bande perdrait son temps : la caméra ANPR reconnaîtrait de toute façon son numéro de plaque.

2. La vitesse moyenne est-elle corrigée ?

Oui, et comme pour les autres contrôles de vitesse, la correction est déterminée en fonction de la marge technique. Pour une vitesse allant jusqu’à 100 km/h, la marge de correction s’élève à 6 km/h. Pour une vitesse supérieure à 100 km/h, elle s’élève à 6 % de la vitesse totale.

3. Toutes les caméras ANPR effectuent-elles des contrôles de vitesse sur tronçons ?

Non. Les caméras ANPR peuvent être utilisées de différentes façons. Par exemple, certaines caméras ANPR repèrent les véhicules volés. Le logiciel de reconnaissance des plaques d’immatriculation détecte les plaques des voitures immatriculées en Belgique, mais également dans les pays voisins. Enfin, certaines caméras ANPR enregistrent les véhicules qui roulent sur la bande d’arrêt d’urgence.

4. Les radars tronçons doivent-ils être annoncés grâce à des panneaux de circulation ?

Dans la pratique, il y a toujours un panneau qui indique la présence de radars tronçons, mais ce n’est pas obligatoire. S’il y a une caméra par contre, il doit absolument y avoir un panneau qui indique que vous êtes filmé.

5. Où trouve-t-on des radars tronçons ?

On trouve des radars tronçons aussi bien sur les routes locales que sur les autoroutes. Mais toutes les routes ne sont pas adaptées pour ce genre de système. Le tronçon doit être suffisamment long. Les virages dans les échangeurs ou les nœuds de circulation ou encore les périphériques avec des entrées/sorties qui se suivent rapidement ne sont pas adaptés. C’est pour cette raison que les radars tronçons ne pourront jamais remplacer complètement les radars classiques.

Vous trouverez un aperçu des radars tronçons en Flandre et à Bruxelles sur cette carte. En Wallonie, il n’y a pour le moment qu’un seul endroit où l’on trouve des radars tronçons : le tunnel de Cointe à Liège.

Retour au sommaire