Information

En voiture chez Adecco : « l’éco-conduite a le vent en poupe »

Posté sur
Mardi matin, quelque part dans la campagne. Nico Reeskens, CEO de l’agence de travail intérimaire Adecco se met au volant de sa Tesla pour se rendre au siège central. « Nous sommes prêts pour l’avènement de la voiture électrique », confie-t-il.

Bravant la pluie, Nico Reeskens, CEO d’Adecco, se met en route à bord de sa Tesla. Un véhicule impressionnant où tout peut être commandé automatiquement : la suspension s’ajuste d’elle-même pour économiser de l’énergie, une application permet de programmer le chauffage à distance et un GPS indique en permanence la borne de recharge le plus proche et avertit le chauffeur lorsqu’il est temps de recharger la voiture. Et bien entendu, elle se montre tout aussi discrète que ses autres congénères.

Qu’est-ce qui vous a incité à choisir une voiture électrique ?

« Il est vrai qu’il faut avoir un esprit quelque peu novateur. Il s’agit tout d’abord d’un choix personnel. C’est bien sûr un geste écologique et qui comporte de nombreux avantages fiscaux. J’aime aussi être parmi les premiers à tester de nouvelles choses et l’expérience de conduite d’une Tesla est sans égal. Mais ce n’est pas tout : en tant que CEO, j’ai aussi un rôle de pionnier. Adecco est une organisation très décentralisée. Nos employés voyagent beaucoup et la problématique de la mobilité représente donc un énorme défi. Moins nous perdons de temps sur les routes, plus nous avons l’opportunité d’améliorer notre productivité et de préserver l’environnement. Les réglementations deviennent en outre de plus en plus strictes et veillent, par exemple, à bannir les voitures polluantes des centres-villes. Tôt ou tard, nous devrons remplacer les véhicules essence et diesel classiques par des alternatives plus durables. Les voitures électriques représentent une partie de la solution. »

Que faut-il pour que la voiture électrique puisse s’imposer définitivement sur le marché ?

« Si tout le monde se met à rouler à l’électricité, il faudra immanquablement réaliser quelques travaux d’infrastructure supplémentaires. Par exemple, l’alimentation électrique de ma maison n’était pas prévue pour le type de borne de recharge que nous voulions installer au départ. Il reste aussi encore beaucoup de travail à accomplir au niveau de l’infrastructure de recharge en Belgique. En 2015, notre pays comptait environ 3 500 bornes de recharge, dont seulement un tiers étaient accessibles publiquement. À titre de comparaison : Amsterdam en comptabilise actuellement 2 200 à elle seule. Si nous regardons la situation aux Pays-Bas ou en Norvège, nous avons encore du pain sur la planche. »

« L’autonomie de la batterie des voitures électriques doit, elle aussi, encore être améliorée. Quand la voiture est entièrement rechargée, elle peut parcourir 350 kilomètres. C’est suffisant la plupart du temps, mais si je dois parcourir une plus longue distance, j’essaie de déjeuner et de planifier une réunion à proximité d’une borne de recharge. Comme ces bornes ne sont pas toujours faciles à trouver, il faut donc organiser sa journée de manière beaucoup plus rigoureuse. »

Quelles sont vos expériences de conduite avec votre Tesla ?

« La Tesla est une voiture fantastique avec énormément de fonctionnalités. Elle peut par exemple rouler automatiquement. C’est très pratique quand on se trouve dans les embouteillages. »

Nico Reeskens nous fait une démonstration. Il ôte les mains du volant, lâche les pédales et la voiture se met à rouler doucement le long d’une chaussée rétrécie. Elle ralentit aussi lorsque la voiture précédente se met à freiner. Au feu rouge suivant, Nico Reeskens doit reprendre le volant, car le véhicule ne reconnaît pas encore les feux de circulation.

Lorsque le feu est vert, il accélère légèrement. La voiture est propulsée avec une rapidité étonnante .Mais le compteur, qui affichait 350 kilomètres au départ, est déjà retombé à 335.

« C’est une voiture extrêmement rapide, mais je n’exploite pas ses performances, car cela consomme beaucoup d’énergie. Je conduis aujourd’hui beaucoup plus calmement qu’avant et garde constamment un œil sur ma consommation d’énergie. C’est une tout autre façon de conduire. »

Qu’est-ce qui vous a incité à opter pour une voiture et une solution de recharge via e-Lease d’Athlon ?

« Au départ, je voulais acheter ma voiture électrique moi-même. Mais cela reste malgré tout une technologie nouvelle. Je n’avais aucune idée de la valeur résiduelle d’une Tesla comme celle-ci dans quelques années. Le soutien et le savoir-faire d’un partenaire professionnel tel que Athlon m’ont été d’une grande aide. Tesla m’a également conseillé de choisir Athlon, et comme Adecco avait déjà d’excellents contacts avec Athlon, le choix a été vite fait. L’installation de l’infrastructure de recharge n’a posé aucun problème et le leasing était effectivement plus simple tant pour le financement que pour l’entretien. Tout s’est pratiquement déroulé comme s’il s’agissait d’un véhicule de leasing normal. »

Comment voyez-vous la flotte de véhicules d’Adecco dans cinq ans ?

« C’est une question difficile. Nous constatons déjà maintenant que nos plus jeunes employés n’attachent plus nécessairement de l’importance à la possession d’une voiture. Une mobilité fluide est plus importante qu’avoir une voiture. En tout cas, nous pouvons dire que l’éco-conduite a le vent en poupe. Adecco investit d’abord dans des véhicules hybrides. Pour le moment, nous avons un parc automobile de 700 voitures et d’une trentaine de véhicules hybrides, et nos employés sont très enthousiastes. »

« Les voitures électriques représentent une partie de la solution, mais les défis sont encore importants : l’autonomie de la batterie et le nombre de points de recharge en Belgique doivent être améliorés. Nous avons également besoin d’une politique claire. Il faut adopter un cadre fiscal qui soit beaucoup plus axé sur les solutions de mobilité durables : le gaz naturel ou l’électricité, mais aussi des méthodes de transport alternatives comme le covoiturage, le vélo ou les transports publics. Les entreprises n’ont pas besoin de slogans creux, mais d’un cadre clair et stable et de mesures à long terme. Chez Adecco, nous sommes prêts pour l’avènement de la voiture électrique. Et nous y viendrons… ce n’est qu’une question de temps. »

Retour au sommaire