Information

« Les entreprises sont prêtes à accepter le vélo »

Posté sur
Pour sa formule Bikelease, Athlon collabore depuis plusieurs années avec l’entreprise bruxelloise C-Tec. « Le vélo d’entreprise gagne en popularité d’année en année », explique son partenaire associé et managing director, Michel Lagasse.

Depuis 2009 déjà, C-Tec fournit des vélos à plus de 40 clients. Michel Lagasse, partenaire associé et managing director de C-Tec : « Nos clients sont très différents, allant des PME aux très grandes entreprises. Souvent, leurs travailleurs demandent eux-mêmes à faire du vélo. Certains clients proposent des vélos sur leur zoning industriel, afin que leurs collaborateurs puissent se déplacer rapidement d’un bâtiment à l’autre. D’autres, comme Athlon, veillent à ce que leurs clients puissent aussi proposer à leurs travailleurs un vélo, en plus d’une voiture de société. Et un troisième groupe voit le vélo comme une forme intéressante de rémunération supplémentaire : leurs travailleurs reçoivent une prime qui est à peine imposée. »

Le vélo idéal

« Nous possédons des différents types de vélos », commente Michel Lagasse. « Vélos de ville, vélos de course, vélos électriques, VTT,… Dans la pratique, c’est le client qui choisit le catalogue, dans lequel les travailleurs choisissent ensuite le vélo qui correspond à leur budget et répond à leurs besoins. »
« Un très grand nombre de personnes sont ouvertes à l’usage d’un vélo électrique pour les trajets domicile-travail, surtout pour les plus longues distances. Une personne qui doit parcourir moins de 5 kilomètres laissera plutôt de côté le vélo électrique et privilégiera un vélo ordinaire. Il existe donc une option idéale pour chaque travailleur. »

Vent en poupe

Le vélo gagne incontestablement en popularité. Beaucoup se rendent déjà au travail à vélo, en combinaison ou non avec d’autres modes de transport. Les avantages sont dès lors multiples. « Ce qui pousse souvent les gens à sauter le pas, ce sont les avantages fiscaux », explique Michel Lagasse. « Il n’y a pas d’avantage de toute nature à payer sur un vélo d’entreprise et l’indemnité kilométrique est exonérée d’impôt à concurrence de 22 cents par kilomètre, à condition qu’il serve au trajet domicile-travail et aux déplacements professionnels. Et naturellement, le vélo est aussi très bon pour l’environnement et la santé. » 

Point épineux

Pourtant, tout le monde n’est pas convaincu. « La sécurité sur nos routes reste un point épineux », poursuit-il. « Nous misons à fond sur l’infrastructure, mais il n’empêche que beaucoup de personnes ne préfèrent pas s’aventurer à vélo sur nos routes ou ont peur de se faire voler leur vélo. C’est pourquoi nous fournissons de bons cadenas et des assurances supplémentaires. Le climat a aussi énormément d’influence, même s’il pleut beaucoup moins qu’on le pense en Belgique. Les vêtements et les accessoires adéquats font des miracles. »

Législation confuse

Que manque-t-il pour lancer définitivement le vélo ? Michel Lagasse : « Beaucoup d’entreprises sont intéressées, mais elles trouvent la législation en matière de vélos d’entreprise trop confuse Elles attendent les autres entreprises pour prendre l’initiative. Mais beaucoup d’entreprises ont déjà pris le train en marché, même si la législation n’est pas encore tout à fait claire. Et beaucoup d’autres suivront. »

 

 

 

 

 



Retour au sommaire