Information

Combien de véhicules électriques notre réseau d’électricité peut-il supporter ?

Posté sur
Par jour, le chargement d’une voiture électrique coûte autant d’énergie que le ménage d’une famille moyenne. Rentrer du travail, brancher sa voiture et décider simultanément de cuisiner et de faire tourner la machine à laver n’est donc pas une bonne idée. Tandis que la flotte électrique ne cesse d’augmenter, l’étalement des chargements devient indispensable.

En Belgique, on dénombre aujourd’hui un peu moins de 6 millions de voitures. Si ce parc automobile est intégralement remplacé par des véhicules électriques équipés d’une batterie de 25 kWh, la demande énergétique dans notre pays augmentera de 15 à 30%. Ce scénario est peut-être un peu précipité : on estime à 100 000 le nombre de voitures électriques d’ici 2020. Si elles parcourent chaque année 15 000 km en moyenne, la demande en électricité augmentera de 4 %. Mais que se passerait-t-il si le marché des voitures électriques explosait soudain ?

Chargement étalé

Notre réseau électrique a été conçu pour fournir de l’énergie aux ménages et aux entreprises. Si un nombre trop important d’automobilistes rentrent chez eux et décident de recharger leur voiture électrique au même moment, cela peut déstabiliser le réseau. La construction de centrales supplémentaires est difficile à concilier avec la volonté de durabilité, et la production d’énergie verte progresse, mais lentement. Le chargement étalé des voitures électriques, de jour comme de nuit, semble donc être la meilleure solution.

Qui décide : le gestionnaire de réseau ou le consommateur ?

En théorie, il existe deux manières de coordonner le chargement des voitures électriques. Le gestionnaire peut répondre directement à la demande en adaptant les prix de l’électricité : l’utilisateur réagira alors en achetant plus ou moins d’électricité. D’autre part, les consommateurs peuvent laisser l’ordinateur de bord de leur véhicule électrique choisir un horaire de chargement. L’Université Érasme à Rotterdam a notamment mis au point un algorithme à cet effet. L’idéal est probablement une combinaison des deux solutions.

Faire d’un inconvénient un atout

Dans ce raisonnement, il est important de comprendre que la voiture est à l’arrêt pendant la plus grande partie de la journée. Il existe donc un énorme créneau pendant lequel une voiture électrique peut être rechargée, à plus forte raison si elle peut l’être sur le lieu de travail. De plus, les batteries des voitures électriques peuvent puiser l’énergie non utilisée sur le réseau et la stocker temporairement, par exemple en cas de pic d’énergie éolienne et solaire. Ainsi, un problème pour le réseau électrique devient une solution qui permet d’apporter au réseau une plus grande quantité d’énergie renouvelable.

Retour au sommaire