Information

Comment éviter les dégâts en fin de contrat ?

Posté sur
Les dégâts en fin de contrat donnent parfois lieu à des discussions. C’est ce qu’a révélé l’enquête de satisfaction annuelle menée par Athlon. Comment se déroulent la reprise et l’expertise d’une voiture en fin de leasing ? Que peuvent faire les conducteurs pour éviter des dégâts ? Le Mobility Reporter vous dresse un inventaire précis.

Chaque année, 9 000 véhicules arrivent au département de Remarketing d’Athlon, la branche d’Athlon chargée de la vente des véhicules en fin de contrat. Mike Lammers, Remarketing Manager chez Athlon, est l’homme qui mène brillamment ce processus depuis 1986 : « Nos voitures ex-lease sont vendues via trois canaux : 5 % sont rachetées par le conducteur de la voiture, 5 % sont vendues à des particuliers via l’Athlon Car Outlet et 90 % sont achetées par l’un des 3 500 concessionnaires automobiles avec lesquels nous collaborons, et dont 60 % proviennent de l’étranger. »

Qu’advient-il des voitures restituées ?

Quel sera le parcours d’une voiture dont le contrat de leasing est arrivé à échéance ? Mike Lammers : « Les conducteurs peuvent restituer leur voiture en fin de leasing à trois endroits : chez Athlon à Machelen, dans le garage où ils réceptionnent leur nouvelle voiture ou sur le parking de leur employeur. Si vous ne restituez pas vous-même le véhicule chez Athlon, un transporteur automobile se chargera de le livrer à Machelen. » Pour le transport, la reprise et l’expertise des voitures en fin de contrat, Athlon collabore avec VAB Fleet Services. « C’est un choix délibéré de collaborer avec un partenaire indépendant », explique Mike Lammers. « De cette manière, nous garantissons une expertise indépendante et objective des dégâts. Tout d’abord, les experts automobiles agréés de VAB contrôlent si tous les documents du véhicule, les clés et les accessoires sont présents. Les pièces manquantes sont facturées ; une clé peut, par exemple, coûter facilement 200 euros. » Autre point important pour la facture de fin de contrat : le nombre de kilomètres que le véhicule affiche au compteur. Prenons un exemple : une voiture de leasing qui, selon le contrat, allait parcourir 140 000 kilomètres en quatre ans, rentre avec 130 000 kilomètres au compteur. Athlon reverse alors au client le montant correspondant à ces 10 000 kilomètres. À l’inverse, si une voiture a parcouru plus de kilomètres qu’estimé, ce montant est ajouté à la facture. Relèvent également de la procédure de reprise : la clôture de l’assurance et de la taxe routière et la radiation de la plaque d’immatriculation.

Photos des dégâts

Le véhicule est nettoyé avant d’être envoyé dans l’espace d’expertise, où tous les dégâts sont photographiés. « Ces photos ont deux objectifs », explique Mike Lammers. « Montrer aux acheteurs potentiels l’état du véhicule et faire le relevé des dégâts du véhicule pour le gestionnaire de flotte. » Cela ne signifie pas pour autant qu’Athlon refacture tous les dommages. « Une voiture qui a fait l’objet d’un usage intensif présente évidemment, à la fin du contrat, des traces d’usure », ajoute Mike Lammers. « Un léger coup de pierres sur le capot, une petite bosse sur la portière ou une usure limitée de l’intérieur : ce sont des dégâts liés à un usage normal, que nous ne refacturons pas. » Pour définir les dégâts liés à un usage normal, Athlon applique les critères et directives objectifs de Renta, la Fédération belge des loueurs de véhicules.

Dégâts anormaux

Par contre, Athlon répercute tout dégât anormal. Les experts automobiles évaluent ces dégâts en fonction du nombre de kilomètres et de l’âge du véhicule, suivant les critères de Renta. « Une personne qui entretient et conduit son véhicule avec respect et bon sens, en bon père de famille, ne provoque que très peu de dégâts anormaux », assure Mike Lammers. « Ce genre de dégâts sont causés par une conduite imprudente et une gestion négligée du véhicule. En pareils cas, Athlon impute uniquement la dépréciation pour le véhicule, pas les frais de réparation en tant que tels. À cette fin, nous utilisons une matrice de dommages qui permet à nos clients de connaître à l’avance et en toute transparence le coût associé à chaque type de dégât. »

Les réparations deviennent plus complexes

La réparation des dégâts s’est grandement complexifiée ces dernières années, selon Mike Lammers. « Les constructeurs remplacent de plus en plus le métal par des matières plus légères comme le plastique, afin de réduire les émissions de CO2 de leurs véhicules. Alors qu’on pouvait, auparavant, polir et repeindre un pare-chocs griffé en métal, une griffe dans un pare-chocs ou un tableau de bord en plastique est difficilement réparable, il faut le remplacer. Ou prenez les rétroviseurs : aujourd’hui, ils sont équipés des gadgets les plus modernes : chauffage, détecteur d’angle mort, clignotant. Tout cela explique la hausse des coûts de réparation par rapport à l’époque où un rétroviseur n’était fait que de métal et de verre. »

Les concessionnaires automobiles deviennent plus exigeants

Près de la moitié des véhicules en fin de contrat d’Athlon partent à l’étranger. Mike Lammers : « Nous constatons que ces marchés deviennent de plus en plus exigeants. Les concessionnaires observent d’un œil très critique les bosses, les griffes et les taches, car ils savent que leurs clients finaux n’acceptent plus de tels dégâts. C’est pourquoi il est très important que les conducteurs respectent et entretiennent leur voiture de leasing. »

La valeur résiduelle reste stable

Des réparations qui deviennent plus complexes et des concessionnaires qui se font plus exigeants… Malgré ces évolutions, Athlon réussit depuis plusieurs années à maintenir la valeur résiduelle de ses véhicules de leasing au terme du contrat. « Nous y parvenons en réagissant intelligemment aux changements du marché et en recherchant en permanence d’intéressants débouchés », souligne Mike Lammers. « Nos clients en profitent bien entendu également : ces faibles valeurs résiduelles nous permettent de proposer des prix de leasing intéressants. La valeur résiduelle est en grande partie déterminée par le marché et Athlon assume entièrement ce risque. Pour évaluer la valeur résiduelle, Athlon part du principe que le véhicule se trouve en bon état à l’échéance de son contrat, avec éventuellement les traces normales d’usure et d’usage. Si nous voulons maintenir, à l’avenir également, des valeurs résiduelles stables et des prix de leasing intéressants, des voitures soignées et bien entretenues sont indispensables. »

À quoi dois-je veiller quand j’utilise ma voiture ? 11 conseils
  • Une voiture flambant neuve vous est confiée. Veillez sur elle en bon père de famille.
  • Adoptez une conduite défensive et anticipez les dangers potentiels.
  • Gardez votre voiture dans un état optimal : entretenez-la conformément aux consignes du constructeur et au minimum une fois par an.
  • Faites réparer dans les plus brefs délais les dommages tels que freins usés, rétroviseurs cassés ou bosses, pour éviter qu’ils ne s’aggravent.
  • Évitez les dégâts à la carrosserie : ralentissez à l’approche d’un casse-vitesse, roulez calmement sur les voiries non asphaltées et ouvrez avec précaution les portières de la voiture lorsque vous sortez dans des parkings.
  • N’essayez pas de réparer vous-même les petites rayures ou les bosses, cela ne fait souvent qu’aggraver les choses.
  • Vous avez de jeunes enfants ? Placez une vieille couverture ou serviette entre le siège de la voiture et le siège pour enfant. Vous éviterez ainsi toute trace irréparable dans le revêtement. Vous trouverez également des protections de siège sur mesure dans le commerce.
  • Fixez un organisateur de siège voiture aux sièges avant. C’est sympa pour les enfants et cela protège l’arrière des sièges conducteur et passager.
  • Vous avez un animal de compagnie ? Transportez-le dans une cage adaptée ou une housse de protection du coffre. Vous éviterez ainsi que l’animal ne gratte les vitres ou n’endommage le plancher du coffre.
  • Vous transportez du matériel lourd ou sale avec votre voiture ? Protégez le coffre contre les dommages à l’aide d’une plaque ou d’une couverture de protection.
  • Des fientes sur votre voiture ? Les fientes endommagent la peinture et ternissent la carrosserie. Nettoyez-les donc le plus rapidement possible à grande eau tiède et surtout avant d’aller au car-wash, car cela ne ferait qu’aggraver les dégâts. Les fientes ont déjà durci ? Laissez agir pendant un certain temps une éponge gorgée d’eau, avant d’enlever la tache en tamponnant.
À quoi dois-je veiller quand je restitue ma voiture ? 10 conseils
  • Lavez la voiture – à l’intérieur et à l’extérieur.
  • Placez-y tous les documents de bord.
  • Vérifiez si le carnet d’entretien est bien présent.
  • Emportez toutes les cartes carburant.
  • Restituez tous les CD de navigation, sauf si vous les avez achetés vous-même.
  • Rapportez toutes les clés : la clé ordinaire et la clé de réserve, les clés du code radio, les clés antivol pour les jantes en aluminium, les clés du crochet de remorque amovible et les clés du coffre de toit.
  • Vérifiez si les pneus adéquats sont installés : les pneus été entre le 1er avril et le 1er octobre, les pneus hiver le reste de l’année.
  • Installez tous les sièges supplémentaires s’il s’agit d’un monospace.
  • Retirez vos effets personnels.
  • Retirez les accessoires que vous avez payés vous-même (sauf si leur retrait provoquera des dégâts au véhicule), mais laissez les haut-parleurs, les antennes et les ailerons en place.

Si vous souhaitez visiter, avec votre équipe, le département de Remarketing d’Athlon et découvrir par vous-même comment les véhicules en fin de contrat entament une seconde vie, Mike Lammers vous offrira avec plaisir une visite guidée. Il vous suffit d’envoyer un e-mail à mike.lammers@athlon.com pour prendre rendez-vous.

Retour au sommaire