Information

Le stationnement en marche arrière permet de réduire les sinistres de 30 %

Posté sur
Athlon
Si nous nous garions tous en marche arrière, nous provoquerions 30 % de sinistres en moins. Voilà le constat que révèlent les statistiques en matière de sinistres de grandes entreprises pétrochimiques comme BP, Shell et Sabic aux Pays-Bas, qui ont instauré cette mesure pour tous leurs travailleurs. C’est en outre plus sûr et plus écologique. Serez-vous le prochain à imposer le stationnement en marche arrière dans votre parc automobile ?

Le stationnement en marche arrière présente de nombreux avantages. Tout d’abord, il offre une meilleure visibilité lors du départ : un bon point en matière de sécurité.

30 % de sinistres en moins

De plus, les risques de collision sont nettement réduits. Les statistiques en matière de sinistres de BP et Shell ont rapidement prouvé ce point en enregistrant jusqu’à 30 % de sinistres en moins. Autre point important : vous quittez votre place de stationnement plus vite. « C’est précisément pour cette raison que le stationnement en marche arrière est obligatoire dans de grandes entreprises pétrochimiques comme BP et Shell aux Pays-Bas », explique Pieter Goossens d’Athlon. « En cas d’urgence, tout le monde doit pouvoir quitter le parking le plus rapidement possible. »

Plus écologique et moins cher

Le stationnement en marche arrière est également plus respectueux de l’environnement. Un moteur froid consomme en effet près de deux fois plus de carburant qu’un moteur chaud. En quittant une place de stationnement, le fait d’effectuer toute une série de manœuvres n’est absolument pas économique. Pieter Goossens : « Une seule voiture ne fait peut-être pas la différence mais, appliqué à l’ensemble d’un parc automobile, le stationnement en marche arrière permet, à terme, de sérieuses économies de carburant et d’émissions de CO2.»

Mauvais conducteurs

Athlon souhaite par conséquent encourager le plus possible le stationnement en marche arrière sur les parkings d’entreprise. L’association de mobilité VAB partage cette position, mais son porte-parole Maarten Matienko souligne un point : « Certains conducteurs ne se garent pas bien. Depuis quelques années, l’examen pour le permis de conduire s’est assoupli: il n’est plus nécessaire de se garer entre deux voitures, mais bien derrière une voiture. Nous constatons ainsi que les jeunes ont des difficultés à manœuvrer. Nous recommandons dès lors aux conducteurs conscients de leurs difficultés de se garer en marche avant. »

Retour au sommaire