Information

Conduite électrique : les Pays-Bas indiquent la voie à suivre

Posté sur
Les villes de Rotterdam et Nimègue sont reliées par un axe très fréquenté, l’A15. Cet axe devient aujourd’hui l’autoroute la plus durable du monde, comme se l’étaient promis les autorités néerlandaises il y a trois ans. L’ambitieux projet a amorcé un véritable mouvement chez nos voisins du nord. De quoi inspirer les professionnels de la mobilité qui veulent aussi stimuler la conduite électrique dans notre pays.

Les villes de Rotterdam et Nimègue sont reliées par un axe très fréquenté, l’A15. Cet axe devient aujourd’hui l’autoroute la plus durable du monde, comme se l’étaient promis les autorités néerlandaises il y a trois ans. L’ambitieux projet a amorcé un véritable mouvement chez nos voisins du nord. De quoi inspirer les professionnels de la mobilité qui veulent aussi stimuler la conduite électrique dans notre pays. Faire de l’A15, cet axe routier très fréquenté qui relie Rotterdam et Nimègue, l’autoroute la plus durable du monde, tel était l’objectif que s’étaient fixé il y a trois ans les départements néerlandais Nature & Environnement et Défense de l’environnement. Des dizaines d’entreprises et de citoyens installés le long de l’A15 ont pris le train en marche pour concrétiser cette ambition : les entreprises ont proposé à leur personnel des voitures électriques à partager, certaines personnes sont elles-mêmes passées à l’électrique, d’autres sont devenues copropriétaires d’un parc éolien ou ont installé des panneaux photovoltaïques. Bref, toute la chaîne de mobilité – de la production d’énergie à sa consommation – est devenue plus durable. Trois ans plus tard, les initiateurs partagent leurs principaux enseignements et leurs meilleurs conseils pour transposer ailleurs cette chaîne de mobilité durable.

Tous en voiture électrique !

Le projet A15 ambitionnait de renforcer la place de la voiture électrique sur les routes et de dissiper les préjugés. Il s’agissait dès lors d’initier le plus de personnes possible à la conduite électrique. Les conducteurs pouvaient ainsi découvrir par eux-mêmes l’aspect pratique et confortable de ce type de conduite.

À cette fin, le projet A15 a mis en œuvre une foule d’initiatives :

  1. une vingtaine de conducteurs tests ont partagé leur voiture électrique avec des amis, des collègues et même des inconnus ;
  2. lors de la journée d’initiation, sorte de journée portes ouvertes pour voitures électriques, des milliers de personnes ont grimpé dans la voiture de leurs voisins pour faire un petit tour ;
  3. la Centrale de Taxis de Rotterdam était aussi de la partie et incitait, via une action de réduction, les passagers à prendre place dans un taxi électrique ;
  4. une voiture était destinée aux auto-écoles qui, pendant un mois, ont proposé à chaque élève au moins une leçon en voiture électrique.

Au total, le projet a permis d’initier quelque 40 000 personnes à la conduite électrique.

Rotterdam-Arnhem : un seul grand ruban de panneaux solaires et d’éoliennes

Mais comment garantir l’approvisionnement de ces voitures électriques ? En faisant de l’A15 un axe où les voitures peuvent faire le plein de soleil et de vent à des bornes de recharge. Raison pour laquelle le projet a fortement investi dans l’installation de panneaux photovoltaïques : sur les écoles, les maisons, les entreprises et les murs antibruit le long de l’A15. Via le projet « Zon zoekt dak » (« Le soleil cherche un toit »), les propriétaires de maison pouvaient se procurer des panneaux solaires à un prix avantageux. La première des neuf bornes de recharge rapide a été ouverte en juillet 2015 dans l’Alblasserwaard, le long de l’A15. L’électricité est produite à partir de panneaux solaires installés sur les toits et de l’énergie éolienne néerlandaise. Toujours le long de l’A15, le projet a soutenu diverses initiatives citoyennes en matière d’énergie éolienne. Les riverains ont ainsi pu produire leur propre énergie éolienne. On sait que les projets éoliens qui associent les citoyens sont mieux accueillis et se développent donc plus facilement. La possibilité donnée aux citoyens de participer aux décisions et de partager le rendement a favorisé le soutien à l’énergie éolienne.

Retour au sommaire