Information

Le monde du leasing voit-il l’autopartage d’un bon œil ?

Posté sur
D’ici 2030, au moins une voiture sur dix sera une voiture partagée. C’est du moins ce que révèle une étude mondiale réalisée par le bureau d’études McKinsey. À l’horizon 2050, il pourrait s’agir d’une voiture sur trois. Quelles sont les conséquences de ce phénomène pour le marché du leasing ?

Une étude indique qu’une voiture de leasing classique reste beaucoup à l’arrêt et ne passe que 8 à 10 pour cent de son temps sur la route. Le reste du temps, elle se trouve sur un parking, où elle prend de la place et coûte de l’argent.

Dans certains cas, une voiture partagée représente donc une alternative plus intelligente. L’autopartage existe depuis un certain temps. Ce sont surtout les jeunes des grandes villes qui l’utilisent. Les représentants de la génération Y ont bien moins besoin de posséder une voiture. Ils la partagent volontiers et utilisent des applications de trafic et de navigation en temps réel pour définir leurs itinéraires. À leurs yeux, l’environnement est aussi important que le coût et le confort.

En raison de cette évolution, la voiture jouera, à terme, un rôle moins important et deviendra de plus en plus un moyen de transport utilisé avant et après un trajet en transports en commun.

Avantages de l’autopartage

Pour que l’autopartage soit pleinement exploité, certaines évolutions sont encore nécessaires, et notamment en matière de facilité d’utilisation : le voyageur doit pouvoir réserver une voiture à tout moment et pouvoir choisir entre différents types. Idéalement, la voiture partagée ne doit pas être ramenée au point de réception, mais elle peut, par exemple, être laissée sur le parking d’une gare. Pour concrétiser une telle approche, le système doit être étendu : si davantage de personnes participent à l’autopartage, le nombre de voitures disponibles augmentera et le système coûtera moins cher. À court terme, la communication et la promotion s’avèrent donc cruciales. Dès qu’un groupe minimal d’utilisateurs sera atteint, la progression pourra se poursuivre rapidement.

Que signifie l’autopartage pour le marché du leasing ?

Le dix-septième rapport Cars Online de Capgemini révèle que de plus en plus de consommateurs considèrent le partage de voitures et l’utilisation de plateformes numériques pour les services d’autopartage comme une alternative à part entière à la possession d’une voiture. À terme, ce changement de comportement des consommateurs aura certainement des conséquences pour les sociétés de leasing. L’expérience et le réseau de ces entreprises les placent en bonne position pour créer des concepts d’autopartage. De plus en plus de sociétés de leasing sautent sur l’occasion et lancent dès à présent une offre de ce type.

Depuis peu, Athlon met également à disposition des voitures partagées sur des sites industriels ou dans les villes via Car2use. La planification, la réservation et l’ouverture de la voiture Car2Use se déroulent très facilement en ligne.

Avec Car2Use, Athlon ne s’adresse ni uniquement aux grandes entreprises ni uniquement à ses propres clients. Le service est également intéressant pour les PME dont les employés ne disposent pas de leur propre voiture. Il leur suffit de se trouver à un endroit où ils peuvent partager la voiture avec d’autres entreprises, comme sur un site industriel.

Voiture privée vs. voiture de société

Pendant longtemps, le leasing a été le domaine exclusif des voitures de société. Ces voitures étaient strictement personnelles et ne pouvaient souvent pas être prêtées à des tiers. Cependant, ces dernières années, le leasing privé – comme alternative à l’achat d’une voiture neuve ou d’occasion – a fortement augmenté. Aujourd’hui, les pouvoirs publics mettent les transports multimodaux à l’honneur et les employeurs offrent de plus en plus souvent un budget mobilité à leurs employés, permettant, entre autres, de louer une voiture de leasing dans un cadre privé. Les employés sont plus libres de déterminer leur mobilité et les employeurs économisent en outre de l’argent. Cette évolution a entraîné une augmentation du nombre de voitures de leasing privées, augmentant à son tour la possibilité d’autopartage. Ainsi, le leasing et l’autopartage ne s’excluent pas mutuellement, mais ils se renforcent l’un l’autre.

Retour au sommaire