Information

Les véhicules électriques sont-ils aussi propres qu’on ne le pense ?

Posté sur

Les véhicules électriques sont-ils aussi propres qu’on ne le pense ?

Lorsqu’une voiture électrique passe à nos côtés sans faire le moindre bruit, cela nous donne une impression de propreté. Malheureusement, ce n’est qu’en partie une illusion car le processus de construction d’une voiture dite « propre » est beaucoup plus polluante que ce que certains ne nous le font croire.

 

La fabrication

C’est lors de cette étape que le véhicule sera le plus polluant car pour la production des batteries, des matériaux rares et difficiles à extraire sont nécessaires. On y retrouve du néodyme, du cobalt, du graphite ou encore du lithium.
Ensuite, pour l’assemblage, les matières premières doivent être chauffées à plus de 400°C, ce qui accentue encore la pollution.
En espérant que les techniques de recyclages des batteries soient opérationnelles lorsqu’il faudra s’occuper de la fin de vie.
Le lithium
Aussi appelé l’or blanc, un des composants qui est le plus critiqué pour sa méthode d’extraction. Que ce soit en Bolivie, au Chili ou en Argentine, des dizaines de bassin d’évaporation sont mis en place, car sous ces terres se trouve 85% du lithium planétaire.

En Bolivie par exemple, l’absorption menace le plus grand désert de sel du monde et tout l’écosystème qui vit autour.
Car pour récupérer le lithium, il faut provoquer l’évaporation de l’eau ; il faut savoir que pour récupérer 1 tonne de lithium, il faudra faire évaporer 2 tonnes de litres d’eau. Les animaux venant s’abreuver dans les lacs sont forcés de quitter la zone. Il en va de même pour les habitants qui voient leur réserve dans les nappes phréatiques diminuer dû à l’évaporation.

L’utilisation

Lorsqu’elle roule, la voiture électrique émet quand même des émissions de Co², certes pas à cause de son moteur mais de ses pneus. En effet, l’abrasion de ceux-ci émet une fine poussière ainsi que le frottement entre les disques et les plaquettes.
Le rechargement
Bien entendu si le véhicule n’est pas rechargé avec de l’électricité produite par des panneaux photovoltaïques, éoliennes ou un autre système produisant de l’électricité verte, l’ironie est encore plus forte de prétendre rouler en véhicule propre.

Conclusion

Évidemment, la voiture électrique est le futur pour la planète, cependant la fabrication de celle-ci n’a encore rien d’écologique et est carrément plus polluante qu’une voiture traditionnelle.

Nous pourrons parler de voitures propres lorsque toutes les étapes : de la fabrication au recyclage, se feront dans le respect total de la nature.

 

Retour au sommaire